• Définition de L’huile
  • et ses composants

Une huile est un corps gras qui est à l'état liquide à température ambiante et qui ne se mélange pas à l'eau.

Les huiles sont des liquides gras, visqueux, d'origine animale, végétale, minérale ou synthétique.

Les acides gras saturés : type de lipides, sont des triglycérides obtenus molécules d'acides gras saturés sur une molécule de

Les acides gras saturés se trouvent notamment dans les graisses animales (lait, fromage, beurre, viande, lard, ...) mais aussi dans l'huile de coco et de palme (voir tableau). Ils sont pour la plupart solides à température ambiante.

Les acides gras insaturés sont des  acides gras qui comportent une liaisons

  • On parle d'acide gras mono-insaturé lorsqu'il n'y a qu'une
  • On parle d'acide gras poly-insaturé lorsqu'il y en a plusieurs. Les acides sont notamment d'origine végétale.

Oméga-6 sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve dans la plupart graines et les céréales. On les retrouve dans les œufs ou certaines viandes en quantités variables selon l'alimentation des animaux.

  • L'acide linoléique est un acide gras essentiel polyinsaturé Omega-6 qui intervient dans la fabrication de la membrane cellulaire. L'acide linoléique ne peut être synthétisé par l'organisme et doit donc être apporté par l'alimentation.

    En effet, à partir de cet acide gras, l'organisme est capable de synthétiser de nombreux acides gras aux fonctions essentielles.

On connaît le rôle bénéfique des gras polyinsaturés oméga-6 dans le traitement de l'hypercholestérolémie

Oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve en grandes certains poissons gras (comme le saumon), dans les graines de chia, le lin, la noix, la cameline, le colza et le soja.

Les principaux acides gras du groupe oméga-3 sont :

  • L'acide alpha-linolénique  (ALA)

    L'acide α-linolénique (ALA) est un acide gras polyinsaturé oméga-3. C’est un acide gras essentiel car il fait partie des aliments indispensables à tous les mammifères. C'est aussi l'acide gras principal qui compose les membranes thylacoïdes des feuilles vertes des plantes. Les plantes vertes et aussi les animaux qui en mangent sont sources de cet acide gras. Certaines graines et donc les huiles tirées de ces graines sont riches en ALA, en particulier les graines de colza, de sauge, de lin, de cameline, de chanvre, de soja et les noix.

    Des études ont montré qu'une plus grande consommation d'ALA réduisait les risques de maladies

  • L'acide eicosapentaénoïque  (EPA)

    L'acide eicosapentaénoïque (EPA) est un acide gras polyinsaturé oméga-3. On le trouve dans les poissons gras et dans l'huile de poisson : morue, hareng, huile de krill,  maquereau, saumon, sardine. On le trouve également dans le varech et dans

    La consommation d'EPA conduit à réduire les risques d'infarctus fatals, ainsi que les complications d'insuffisance cardiaque.

  • L'acide docosahexaénoïque (DHA)

    L'acide docosahexaénoïque (DHA) est un acide gras polyinsaturé oméga-3 . Le cerveau et le cœur ont besoin de DHA pour fonctionner de façon optimale. On le trouve surtout dans l'huile de poisson et dans l'huile de microalgue. On peut aussi en trouver dans des œufs, du lait ou du fromage si les animaux ont été nourris par des produits riches en DHA. Le DHA (de même que l'EPA) est normalement synthétisé par le foie à partir de l'acide alphalinolénique(ALA) d'origine végétale, contenu par exemple dans les huiles de noix, lin, colza, germe de blé, soja.

    Le DHA contribue à l’entretien d’un fonctionnement normal du cerveau, à l’entretien d’une vision normale et au maintien d’une concentration normale de triglycérides dans le sang.

  • Les huiles végétales
  • et leurs vertus

Les huiles végétales sont extraites de plantes dont les graines contiennent du lipide.

Les lipides ou acides gras, représentent une valeur nutritionnelle essentielle au développement et au bon maintien de notre organisme, dans la mesure où elles fournissent de l’énergie à notre corps.

L’huile de Tournesol

C’est une huile extraite des graines de tournesol, très riche en oméga 6 et en vitamine E.

Elle est destinée à différents usages culinaires, aussi bien friture qu’en assaisonnement.

Sa consommation quotidienne, tout comme celle de l’huile de maïs, contribue à l’abaissement du taux de cholestérol.

C'est l'huile qui contient le plus de vitamine E et c'est donc un antioxydant garanti. Mais elle est pauvre en oméga-3

En cuisson ou en accompagnement d'une salade. Comme elle est pauvre en oméga-3, il vaut mieux l'associer à de l'huile de noix pour avoir le meilleur rapport possible entre oméga-3 et oméga-6.

L’huile d’Olive

L’huile d’olive est connue depuis la plus haute antiquité : les Grecs antiques et les Romains l’utilisaient déjà pour leur cuisine et pour leurs produits cosmétique,

Elle a des propriétés bénéfiques pour la santé, notamment sur le plan cardio-vasculaire, grâce à sa teneur

En Vitamine A, Vitamine E et en acides gras mono insaturés. Les bienfaits liés aux vitamines sont surtout observés lors de consommation d’huile froide, comme dans les salades, car les vitamines sont détruites au-delà de 40°C. Par rapport aux autres acides gras insaturés, l’huile d’olive est assez stable à la cuisson et garde en ce cas ses effets bénéfiques sur le cholestérol.

L’huile de Soja

L’huile est extraite des graines de soja. Le soja est une plante de la famille des légumineuses originaire de Chine et bien connue pour ses nombreuses utilisations, notamment dans le cadre d’un régime végétarien (tofu, lait de soja…).

L’huile de soja est riche en acides gras essentiels, notamment en acide linoléique, qui jouent un rôle important dans le renouvellement des cellules du corps et du cerveau. Le rapport omégas 3 et 6 et assez équilibré.

L'huile vierge de soja aide également à prévenir le mauvais cholestérol et les maladies cardio-vasculaires : elle est riche en lécithines, connues pour leur action anti cholestérol.

L’huile de soja possède un goût assez neutre qui lui permet d’être utilisée dans de nombreuses préparations. Attention cependant : cette huile fragile ne s’emploie qu’à froid et ne doit pas être chauffée. Pensez aussi à la conserver au réfrigérateur.

L’huile de Colza

Provenant de la fleur de colza qu’on appelle aussi canola, cette huile est connue pour sa riche teneur en oméga 3 et en vitamine E.

C’est une huile très fluide qui convient à tous les usages culinaires et a l’avantage de se conserver très longtemps.

Elle est également conseillée pour les régimes destinés à l’abaissement du taux de cholestérol.

Nous avons toujours tendance à consommer surtout des oméga-6., l'huile de colza est riche en oméga-3, elle équilibre les apports nutritionnels. Grâce à sa richesse en oméga-3, elle prévient la maladie d'Alzheimer.

L'huile de colza contient aussi de la vitamine E, qui est antioxydante.

L’huile de Mais

Issue des graines de maïs doux, l’huile de maïs est favorable à tous les usages culinaires, particulièrement les assaisonnements.

Elle contient 3,5 à 5% de lipides et grâce à sa valeur diététique, elle est conseillée dans les régimes destinés à l’abaissement du taux de cholestérol.

  • Variez les
  • huiles

Chaque huile comporte une composition nutritionnelle différente selon l’origine de sa graine (Tournesol, Colza, Maïs etc.)

Pour pouvoir profiter pleinement et sainement de tous les atouts et bienfaits, il est conseillé de varier les huiles.

Certaines huiles sont très riches en oméga-6 mais pauvres en oméga-3, et

Les deux types d'oméga ayant des effets différents voire opposés sur l'organisme (les omégas-3 aident à fluidifier le sang, les omégas-6 sont importants pour la coagulation), pour bénéficier de leurs avantages, les apports doivent être équilibrés pour éviter que les effets ne s'annulent.

Ainsi, on privilégiera l'association de deux huiles et on alternera les mélanges, pour bénéficier de chaque

Pourquoi faut-il varier les huiles végétales ?

Tout simplement parce qu’il n’existe pas UNE huile « idéale » ! Chaque huile a une composition nutritionnelle différente en acides gras, et en fonction de cette composition, elles n’ont pas le même usage (assaisonnement ou cuisson), ni les mêmes atouts nutritionnels sur l’organisme (maladies cardio-vasculaires…).

Mais elles ont un point commun : elles contiennent toutes 100 % de lipides !

Pour l’assaisonnement, quelle huile faut-il privilégier ?

Les huiles riches en acides gras « essentiels » (acides gras poly-insaturés), dont font partie les fameux omégas 3 faisant souvent défaut dans notre alimentation moderne. « Essentiel » signifie que l’organisme ne sait pas les fabriquer et que seule l’alimentation peut lui apporter. On les trouve dans les poissons gras (saumon, sardine, etc.) mais nous n’en mangeons pas tous les jours, tandis que l’huile OUI. D’où l’intérêt de ne pas supprimer les huiles de son alimentation, même si on surveille son poids !

Vous avez par exemple l’huile de colza ou l’huile de noix qui sont riches en oméga 3.

Et pour une vinaigrette, faites un mélange moitié huile d’olive et moitié huile de colza (pour obtenir un bon équilibre entre oméga 6/oméga 3